Phasage et
accompagnement des travaux

La ligne CDG Express comptera 32 kilomètres de voies entre la gare de l'Est et le Terminal 2 de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle.
Sur le tronçon central, ce sont 22 km de voies existantes, aujourd'hui principalement utilisées par la ligne Transilien K et le TER Paris-Laon. 8 km de voies nouvelles sont prévues :

  • 1 km pour relier à Paris le faisceau Nord

  • 7 km pour relier les voies existantes de Mitry-Mory à la gare CDG 2

Les voies de la ligne K peuvent accueillir les trains du CDG Express sans impacter le service offert aux passagers de la ligne, avec une fréquentation de 4 trains par heure aujourd'hui, qui serait portée à 8 avec le CDG Express. A titre de comparaison, 20 trains par heure empruntent les voies du RER B.

De plus, 343 M€ d'investissements sont consacrés à la réalisation anticipée d'aménagements sur les voies empruntées par les circulations de la ligne K et les TER Paris-Laon (régénération de la voie et modifications de caténaires).

L'essentiel du chantier se déroulera entre 2019 et 2025, section par section.

  • Afin de garantir une mise en service fin 2025, le Groupe ADP et SNCF Réseau ont décidé de pré-financer les études et les travaux préparatoires avant même la création du gestionnaire d'infrastructure.

  • Le rapport du préfet de région, Michel Cadot propose de mettre en place un comité de suivi des travaux et des coupures de circulations associées.

PHASAGE ET ACCOMPAGNEMENT DES TRAVAUX

Afin de limiter l'impact sur les circulations, les travaux impactants seront réalisés de nuit et lors de weekends :

  • Ces travaux pourront occasionner des rallongements du temps de circulation ou des coupures ponctuelles du trafic ; des mesures de substitution seront alors mises en place.

  • L'ensemble des riverains, automobilistes ou passagers du tramway ou du RER B seront associés en toute transparence au calendrier du chantier et informés de ses éventuels impacts.

Afin de limiter au maximum l'impact sur les riverains et sur les usagers des lignes en exploitation, une concertation est menée avec SNCF Réseau, Ile-de-France Mobilités, Transilien et la RATP. Elle contribuera pleinement à la planification et l'organisation précise des travaux.

De plus, 537 M€ d'investissements sont consacrés aux transports du quotidien.

PHASAGE ET ACCOMPAGNEMENT DES TRAVAUX

L'aéroport Paris-Charles de Gaulle est certifié ISO 14001 depuis 2002 ; l'entreprise a donc adopté un principe d'amélioration continue de sa performance environnementale par la maîtrise des impacts liés à son activité.

  • Le projet CDG Express s'intègre dans cette démarche et prend en compte notamment la gestion sélective des déchets du chantier, la limitation des poussières, des nuisances sonores, etc. Un Responsable Environnement Entreprise est désigné au sein de chaque entreprise sous-traitante.

PHASAGE ET ACCOMPAGNEMENT DES TRAVAUX

Pourquoi une alliance entre SNCF Réseau et Groupe ADP ?

Le partenariat entre SNCF Réseau et Groupe ADP va permettre de fédérer l’expertise des deux gestionnaires d’infrastructures, l'un sur le réseau ferré national et l'autre sur l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Les deux acteurs constitueront une société de projet destinée à financer et construire l'infrastructure nécessaire pour le CDG Express.

Quel sera le coût des travaux du CDG EXPRESS ?

  • Le projet CDG Express ne nécessitera pas un seul euro d'argent public !

  • Ainsi, le coût total du projet de 2,1 Md€, sera couvert par un montant de l'ordre de 400 millions d'euros de fonds propres par les actionnaires de la société de projet, réparti à parts égales entre le Groupe ADP, SNCF Réseau et la CDC…, et à hauteur de 1,7 milliard maximum par un prêt de l'État.
    Le prêt de l'État sera remboursé grâce aux recettes du gestionnaire d'infrastructure.

Pourquoi un montant de travaux aussi élevé ?

On compare souvent l’estimation actuelle du coût du projet de l’ordre de 2,1 milliard d’euros avec l'estimation formulée antérieurement.

Or, il est important de rappeler que l’estimation actuelle est réalisée en euros courants, soit une actualisation à prendre en compte sur plus de dix ans.
Elle intègre par ailleurs des mesures de prise en compte des évolutions réglementaires notamment ferroviaires, et de renforcement de la robustesse du CDG Express et du RER B qui n’étaient pas prises en compte auparavant.